Et je pèse mes mots...

En vous souhaitant une bonne dégustation


La pensée du jour
Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derniers dispensent assez bien du premier.
Talleyrand

L’humeur du jour
Passage gourmand au Touquet, l’occasion de tester un Bar à vins qui semble bien sympathique. Carte restreinte – 3 entrées et 3 plats – renouvelée midi et soir, peu de tables, déco sobre et musique assortie… La promesse d’un joli moment. Vite, je réserve pour le dîner!

Le midi, nous avions déjeuné à Stella Plage dans une brasserie toute simple, avec en guise d’animation le petit Clément (dans les 6 ans) de la table d’à côté en mode « si je fixe tes frites, peut être comprendras tu que j’en veux ». Aucun des 6 adultes qui l’accompagnent ne songeront vraiment à lui parler, essayer de le faire se retourner, l’occuper, bref, à l’enlever de mon assiette.

Durant l’inévitable pause thé de l’après-midi, j’avais pu prendre un cours accéléré de changement de couche de bébé. Ou « quand la table à manger devient table à langer ».
Bon appétit bien sûr.
Vue imprenable sur des petites fesses en cours de nettoyage et exposition de la couche sur la table. Même pas besoin de tendre le bras pour la toucher.
Naturellement les parents ne voient pas qu’il y a des gens près d’eux; leur périmètre visuel s’arrête à la frontière de leur bord de table.

Mais ce soir, pas de risque. Un Bar à Vins, ça n’attire pas les familles.
Ni pâtes ni frites, ambiance feutrée, je suis théoriquement à l’abri des assauts de couches.
Et bien non…

10 minutes après nous, papa maman et bébé arrivent.
Avant même de commander, bébé est déjà en cours de changement (quel dommage, il y a une VRAIE salle de bains où le landau peut entrer, mais encore faut-il s’en inquiéter). Bébé a les fesses propres, papa et maman peuvent trinquer et commander. La deuxième couche sale fera son apparition sur leur table en même temps que leurs plats principaux, d’où le comique involontaire du « bonne continuation » lancé par le serveur impassible.

Deux couples se sont installés. Les parents de la petite Laura, future championne de saut en longueur dans l’allée qui va de leur table à la nôtre, qui devra se contenter de pommes grenailles parce que « non, Madame, nous se servons pas de frites mais nous pouvons servir du jambon » et ceux de la petite Victoire. Qui veut son onglet saignant et s’assure que la salle entière l’a bien compris.

Victoire fait la fierté de sa maman, car contrairement à Laura, elle n’a pas demandé de menu enfant mais bien un vrai plat d’adulte. Et nous apprenons pourquoi : « tu vois Victoire, toi, tu manges comme les grands, parce que toi, oui, toi, tu as du goût ». Les parents de Laura apprécieront.

Je suis au spectacle. Comment s’ennuyer quand on regarde autour de soi ?
Certes, l’ambiance a changé.
Ce n’est pas celle à laquelle je m’attendais.
Même la musique n’est plus la même. J’entends distinctement des petits sons cristallins.
C’est que le doudou musical pour endormir bébé joue plus fort que la musique de fond…

Le cadeau du jour
Esclave en train de changer son chat.

Publicités

7 réflexions au sujet de « En vous souhaitant une bonne dégustation »

  1. Excellent et qui égratigne là où il faut, la toute puissance de l’enfant-roi et des parents-gaga. C’est un billet qui fait du bien à ceux qui ne font pas partie de la sacro-sainte congrégation des géniteurs. Merci !!!

    1. 😉
      je suppose que tu as déjà dîné au son des jeux électroniques : les 3 ou 4 gosses en bout de table et chacun avec son jeu. Pas de bol pour toi si tu es juste à côté…
      c’est valable dans les trains, les avions…
      le problème, c’est pas les mômes… mais leurs parents!

  2. Je suis bien d’accord,il y a de l’abus et du non- respect. Mais je me suis déjà vu changer mon marmouset sur une banquette ( hein Pooky) et quand le service à table prend des heures et des heures,vive le téléphone pour occuper les enfants,ça m’est arrivé cet été. On en avait tellement marre d’attendre qu’on s’est dit qu’on allait demander au enfants de mettre le cirque pour qu’on soit servi plis vite. J’ai déjà laissé le petit dernier vadrouiller entre les tables en fin de repas. C’est ça ou les hurlements qui vont déranger tout le monde. Pas facile de raisonner un petit qui a seulement un an ou deux.
    Moralité quand t’as des mômes t’es un bon bout de temps sans sortir ( et voui,en ce moment je profite à fond,les enfants reviennent vendredi). C’est pas toujours facile.

    1. ou alors tu vas dans des restos plus familiaux que des bars à vin. je b ai moi même pas la même attente dans un resto « romantique » que dans une brasserie ou une pizzeria par exemple.
      ce qui es dérangeant est que parfois certains parents laissent d’autres gens (avec ou sans enfants) subir leurs mômes pour pas avoir à les gérer eux-mêmes et ça, c’est pas cool du tout!

  3. J’adore ton billet Pooky
    c’est du vécu et tellement imagé qu’on a du mal a ne pas imaginer
    C’est vrai que au restaurant je m’amuse souvent a regarder l’attitude des gens et parfois c’est assez marrant
    Par contre parfois en effet c’est gênant ..
    Bisous

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s