Et je pèse mes mots...

Mon premier, c’est désir, mon deuxième, du plaisir


mon troisième fait souffrir
et mon tout fait des souvenirs
Voulzy

La pensée du jour
L’érotisme n’est pas seulement désir du corps, mais, dans une égale mesure, désir d’honneur.
Un partenaire que nous avons eu, qui tient à nous et qui nous aime, devient notre miroir, il est la mesure de notre importance et de notre mérite.

Milan Kundera

L’humeur du jour
« La routine tue-t-elle le désir ? » s’interroge ce mois-ci Psychologies Magazine. Illico presto, j’aborde le sujet avec des amis – dont j’exclus volontairement les couples « tout nouveaux, tout beaux » et ceux pour qui « Capri, c’est fini ».

La question fait sourire mes amis masculins :«Tout va bien – clin d ‘oeil – hé hé hé».
Les filles se montrent plus bavardes, ou moins pudiques. En tous cas, plus précises.
Serais-je entourée de «gourmandes» ? Beaucoup d’entre elles évoquent une différence notable d’envies et de rythmes, certaines regrettant même le bonobo priapique qui partageait leur quotidien au début de la rencontre, remplacé subrepticement par un compagnon plus enclin à tripoter une zapette qu’un clito, prompt à profiter du repos du guerrier en passant directement à l’étape « ronflements ».

A moins d’être de mauvaise foi ou amnésique, chacun se souvient des débuts de la relation, quand les désirs dirigent les actes, les pensées, cette période bénie où Bonobo et sa princesse n’ont pour priorité que la check list « épilation – brossage de dents – qu’est ce que je vais mettre », ces fameux mois où on vit avec 4 heures de sommeil par nuit, un teint de pêche, 3 kilos en moins et une énergie à toute épreuve.
Le problème, c’est le manque d’infos sur la suite.
On a tous lu « ils vécurent heureux et… » et débrouillez-vous avec ça !

Alors un couple «épanoui», c’est combien ?
Trois, deux, une fois par semaine ? par mois ? moins ? Je serais tentée de répondre assez logiquement que l’idéal est pour les deux partenaires d’avoir le même appétit et le même rythme, car au moins, ça n’engendre pas de frustration.


Dans les faits, la nuance est de mise.
D’abord parce que le désir est souvent réduit à l’expression de l’amour, alors que c’est aussi  l’expression d’une pulsion, d’une envie – de vie, de l’autre ou de soi-même. C’est ainsi que nous, les femmes, avons été éduquées, formées… et malheureusement ainsi chargé, le désir perd toute sa légèreté pour s’alourdir d’attentes disproportionnées.

Ensuite parce que culturellement la femme est désirée et l’homme demandeur. C’est donc extrêmement déstabilisant pour elle – même jeune, moderne et heureuse propriétaire d’un lapin vibrant – d’être quémandeuse (c’est le mot qui revient le plus souvent).

Il n’y a pas une solution applicable à tous, si ce n’est de bien se connaître. Par exemple, je SAIS qu’à certains moments du mois je vais avoir faim dix fois par jour – yep yep yep – alors qu’à d’autres, récurer mes chiottes me paraitra plus excitant que de rejouer 9 semaines et demi.
C’est ni bien, ni mal, c’est hormonal (ça rime mieux que «c’est comme ça»).
Donc j’accepte aussi que mon ours se mette en mode peluche sans y deviner un quelconque désengagement affectif.


L’idée première est d’abord d’accepter qu’il n’y aura pas d’autre norme que celle que le couple créera, de dédramatiser l’acte sexuel et de le rendre à nouveau conquérant, ludique et essentiel à la connexion à l’autre.
Faire l’amour, ce n’est pas une expression anodine quand on prend le temps d’y penser.

Le cadeau du jour
Aujourd’hui, c’est le Nouvel An chinois; ça tombe bien : c’est l’année du Lapin.
Bonne année, Bunny !


Avec Duracell, Marvelous Rabbit dure vraiment plus longtemps.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mon premier, c’est désir, mon deuxième, du plaisir »

  1. C’est l année de Bunny? Tu fais bien de me le dire, ça se fête

    c’est drôle, on est tellement imprégnés du fait que les hommes pensent avec leurs c*uilles mais en parlant entre filles, je réalise que beaucoup préfèrent s amuser avec leur jeux avant de garder de l’énergie pour le sexe… et pas chez les plus âgés! ça fait flipper

  2. Ah Pooky, te voilà bien loquace sur un tel sujet par rapport au précédent, et tant mieux !
    Je crois que nous sommes tous ou presque influencés par ce que nous pensons qu’il faille que nous fassions au lit et combien de fois par semaine, ou par jour, selon….
    Le sexe ne doit pas être soumis à des préjugés ou à des statistiques ! ça ne se commande pas ces choses-là ! Et comme c’est hormonal …

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s