Et je pèse mes mots...

Pas de bras? Pas de chocolat!


La pensée du jour
Actuellement, on fait tout pour les handicapés…
Regardez les cinémas, ils les ont rendus accessibles aux handicapés physiques! Et la télé, accessible aux handicapés mentaux.

Patrick Timsit

L’humeur du jour

5 choses qu’on ne peut pas faire quand on est handicapé :

– Crapahuter dans le métro, vu qu’on ne parvient pas à atteindre les quais, ou alors, ça limite sérieusement les trajets…
Bonus : on ne se salit pas les mains…

– Faire des orgies de Kinder Surprise, vu que « pas de bras, pas de chocolat »

Bonus : on ne dépense pas des fortunes en régimes Dukan ou autres pilules miraculeuses.

– Vivre de son talent de comédien, de mannequin ou tout autre métier hype, fun et bien rémunéré, vu qu’à part Pascal Duquenne dans le rôle d’un handicapé, on engage des valides pour incarner des personnes en fauteuil ou sourds ou aveugles ou autistes ou manchots… Un peu comme Al Johnson au visage teinté de cirage en « chanteur de jazz »

Bonus : on ne devient pas obsédé par vouloir la silhouette de Casta, le fessier de Sharon, les seins de Paméla Anderson ou les pecs de Van Damne.

– Etre pleinement intégré dans la vie active, avoir un métier passionnant, vu que la plupart des boites rechignent à embaucher des personnes dites invalides et préfèrent s’acquitter des taxes

Bonus : grasse mat ou mieux encore, ça développe l’esprit d’auto-entreprise !

– Sortir ou simplement boire un verre dans n’importe quel bar (sauf en terrasse, ça passe les fauteuils en terrasse, mais essayez donc de faire une entrée discrète dans une brasserie…)

Bonus : on mène une vie saine, équilibrée, une vraie pub pour « mangez bougez.com… sauf pour la partie « bougez »…

Bon, j’exagère aussi : tout n’est pas si sombre, il y a de bons côtés : on peut utiliser l’expression « roule ma poule » comme si elle avait été créée pour nous, dire « les bras m’en tombent » en regardant les gens autour de soi échanger des regards gênés.

Ou dire, comme Philippe Croizon (plus de bras, plus de jambes) en entrant chez le coiffeur « surtout, ne touchez pas à mes pattes. » Et dans la foulée partir s’entrainer pour réussir un formidable exploit dont beaucoup seraient incapables.

On peut aussi en tant que valide repenser les choses qui nous entourent et les rendre accessibles. Ce n’est pas aux handicapés – quel que soit le handicap – de s’accommoder à la ville ou à la vie mais aux choses d’être adaptées à eux. Et aux valides du cœur de s’en préoccuper. Nous sommes TOUS concernés.
 
Le cadeau du jour
Pour plus du génial Geluck, cliquez ici
Publicités

6 réflexions au sujet de « Pas de bras? Pas de chocolat! »

  1. Personnellement je trouve que les handicapés ne sont pas toujours ceux qui sont sur des fauteuil roulants
    Ceux là nous donnent souvent des leçons de courage!
    Sans parler d’exploit qui certainement donnent de l’espoir (parfois trop ) a d’autres handicapés.

    Beaucoup arrivent a avoir une vie plus riche , plus équilibré que des personnes dites « normales  »

    Encore hier mon mari me disait qu’un très grand handicapé avait refusé son aide
    Il conduisait seul une voiture , et grâce a tout de même une voiture très équipée , il mettait son fauteuil roulant a l’intérieur et se mettait au volant plus vite que beaucoup d’entre nous légèrement ensommeillés .;

    Il y a le handicap qui se voit , et celui qui ne se voit pas comme l’agoraphobie et bien d’autres ..
    Je ne suis pas sûre que celui qui se voit et le plus handicapant
    mais ce serait un autre sujet
    pardon pour le pavé .. 🙂

  2. pas de problème de pavé! pour moi, le premier handicap est celui du coeur, celui qui fait qu un homme peut en considérer un autre comme « moindre »
    tu te souviens du film « les enfants du silence »? le titre anglais était « les enfants d un Dieu moindre »…

  3. Je me souviens de ce film en effet
    C’était un magnifique film qui a du faire réfléchir bon nombre de « non handicapés », j’ose l’espérer ..

    Je suis tout a fait d’accord avec toi : le plus grand handicap c’est aussi ne pas savoir se servir de son coeur

    Ou oublier que l’on en a un ..C’est le pire.

  4. Ma belle soeur est myopathe et franchement, elle ne m’a pas donné une bonne image du handicap. C’est une personne très prétentieuse et très égocentrique. Je pense que cela est dû à son éducation où sa mère a tout fait pour qu’elle ait une vie  » normale « . Je me demande s’il ne serait pas plus judicieux de s’accepter en tant qu’handicapé au lieu de chercher à tout prix à être comme tout le monde. J’ai vu ça à la télé, une maman d’une petite trisomique qui l’élevait comme une petite fille  » normale « , la poussant toujours à se surpasser. Un jour la petite fille a vu d’autres trisomiques et elle n’a pas pu les accepter comme elle. Cela a été un choc pour elle. Il y avait un décalage énorme et malsain me semble-t-il.

    Ma première petite copine en école maternelle était une petite trisomique : Edwige ! J’étais toujours avec elle. Je me demande bien ce que je pouvais lui raconter. Si je l’ai choisi, c’est parce que sa  » différence  » était pour moi plus intéressante que les autres gamins  » normaux  » que je trouvais bêtes et méchants. Elle habitait pas loin de chez moi et j’ai encore de ses nouvelles même si je ne l’ai pas revue. Aujourd’hui elle est en institut spécialisé et est en bonne santé.

    Je crois que c’est le regard sur le handicap qu’il faut apprendre. Ma fille regarde bizarrement les handicapés : gens qui marchent drôlement, ou en fauteuil. Je lui apprends à ne pas avoir un regard fixe qui peux gêner la personne, à ne pas les regarder comme des bêtes curieuses. Parfois elle s’amuse à faire la gogole comme on dit populairement. Là encore, je lui explique que ce n’est pas très marrant ! Ou quand elle dit :  » oh non, je suis fatiguée, je veux pas monter chercher mon pantalon !  » Je lui spécifie qu’elle n’est pas handicapée, qu’elle peux se servir de ses jambes, alors zou ! En avant !

    Je rejoins aussi Andréa sur les autres handicaps peut-être moins reconnus parce qu’il me semble que les gens en fauteuil roulant sont quand même devenus assez courants, moins étranges. Je veux parler des handicaps qui ne se voient pas : dépression, fibromyalgie, … la liste est longue et je ne la connais pas dans son entier, handicaps qui ne sont pas encore acceptés par la société où on n’a pas le droit d’être lent, apathique, pas efficace, fatigué. Mais c’est un autre sujet qui mérite d’être abordé… bientôt peut-être …

  5. thème « casse-gueule » … et vous vous en sortez très bien Pooky.
    Drôle sans être moqueur, drôle tout en étant juste sur bien des points.
    Merci pour ce joli billet dont il émane une sincérité très touchante.
    Quant à Sam : Il y a des imbéciles partout… Quel scoop n’est-ce pas! Faudrait juste essayer d’éviter de faire des généralités à partir de cas particuliers. Il y a tant d’autres sujets plus adaptés à la polémique…

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s